Fondation Greffe de Vie Plan du site  |   Salle de presse  |   Recommander ce site  |   Nous contacter       



Rechercher sur ce site             
    


Les principales actualités

Décembre 2013 :
Création du collectif Greffes+

Octobre 2013 :
Manifeste en faveur du don d'organes"

Aout 2013 :
"Reportage jt 13h de TF1 sur le don d'organes"

Juin 2013 :
"Journée Nationale de réflexion sur le don d'organes"


Consultez toutes nos actualités


Témoignages

Pr François Desgrandchamps
Chirurgien urologue - transplantation rénale


Le soutien aux donneurs vivants après la greffe

En tant que chirurgien, nous ne voyons les personnes à qui nous devons prélever un rein ou que nous devons transplanter que quelques semaines avant l'opération. Nous le regrettons, mais c'est la culture de la transplantation où les rôles respectifs des chirurgiens et des médecins impliqués dans la greffe sont assez cloisonnés.

Je suis très favorable à la greffe rénale à partir de donneur vivant. Aujourd'hui, les techniques chirurgicales sont bien maîtrisées et beaucoup moins agressives que par le passé : sous coelioscopie, le traumatisme chirurgical est réduit et les cicatrices sont moindres. De plus, les risques opératoires sont minimisés grâce à une sélection parfaite du donneur : il est en très bonne santé. Les prélèvements sur donneurs vivants font maintenant partie de la routine...

Je voudrais insister sur le soutien à apporter à ces donneurs vivant, dont la démarche est en général insuffisamment prise en compte par l'environnement médical. Ils ont fait quelque chose de splendide en donnant leur rein. Avant la greffe, entourés, choyés, adulés, ils deviennent le centre d'intérêt de la famille. Une fois le don accompli, tout s'apaise, il arrive qu'ils se sentent abandonnés. Et c'est très dur pour ceux qui ont attendu en retour de l'amour familial ou de la reconnaissance. Toutes leurs interrogations sur l'abnégation, l'estime de soi, l'attente sans retour, restent souvent sans réponses. Il n'existe actuellement pas d'espace où ils puissent parler du vide qu'ils ressentent parfois. Pour les greffés, c'est différent. Ils ont des raisons médicales de revoir les médecins et peuvent alors mieux s'exprimer.

En ce qui concerne les reins des donneurs décédés, des progrès sont sans doute possibles au niveau de l'optimisation de l'organisation du prélèvement. La mise en commun de moyens performants, la création de gardes de prélèvement multi-organes efficaces seraient sans doute des avancées majeures.

J'espère que ce siècle verra apparaître la création d'organes bio-artificiels

Il faut bien sûr encourager le don d'organes en général, mais aussi en parallèle la recherche scientifique sur les organes bioartificiels. Il est dommage de penser qu'il n'y a pas plus de deux équipes dans le monde qui font de la recherche sur le rein bioartificiel implantable. Si l'industrie pharmaceutique investit massivement dans le domaine de l'immunosuppression, peu de moyens financiers sont investis dans ce domaine. Bien sûr il faut développer le prélèvement d'organes de donneurs décédés et de donneurs vivants. Mais je considère que c'est quand même un pis aller, et qu'un jour viendra où l'on saura créer et remplacer les organes.

Un organe est une solution créée par la nature pour répondre à une fonction. L'intelligence de l'homme peut trouver des solutions différentes pour répondre aux mêmes besoins. Dans le domaine cardiaque, par exemple, le cour biologique est un système contractile. Mais les coeurs artificiels qui ont été créés pour faire circuler le sang sont des pompes cylindriques axiales. On garde la fonction et on oublie l'organe.

Une grande disparité selon les régions en France
Il y a donc des aspects enthousiasmants et prometteurs dans la greffe.
Le spectre du rejet aigu a disparu grâce aux progrès des médicaments immunosuppresseurs. Seule ombre au tableau : la grande disparité selon les régions en France de l'accès à la greffe en terme de durée d'attente et de qualités des résultats.
Il faudrait plus de transparence sur des points importants pour les patients, comme la qualité des résultats de transplantation, c'est à dire le nombre de greffons qui marchent selon les centres de transplantation. Il faudrait communiquer ces informations au grand public et labelliser les centres en fonction de leurs résultats...



 

  ©copyright Fondation Greffe de Vie 2005-2013 - Tous droits réservés
49 rue de Lourmel 75015 Paris
Tél : 01 45 78 50 80 - Fax : 01 48 07 21 56